Drawings

agenda

 

systèmes graphiques

Le principe de répétition est central dans mon travail. Un système graphique est conçu au départ, puis l’action de dessiner est répétée en continu, sur un temps long. Le geste n’est ni expressif ni virtuose ni spectaculaire ; seulement attentif et présent, régulier. Battement du temps, pulsation du vivant.

Chaque système graphique est un processus, que je lance dans le temps et l’espace sans limitations. La ligne chemine, le tracé prolifère et génère une forme en expansion. C’est le temps qui fait trace puis surface, qui s’endure, devient matière et dure : une durée.

(appliqué à ma démarche – un système graphique c’est l’idée d’une action graphique combinée à un processus de répétition)

Ariane

Processus en géométrie naturelle

Ligne droite, orthogonalité, spirale… la géométrie conçue par l’esprit humain s’applique à l’aide de lois et d’outils, soucieuse de perfection.
Il n’en est rien dans la nature : les processus géométriques naturels qui organisent les formes animales, végétales, minérales, génèrent des phénomènes parfaits, en apparence seulement. La géométrie naturelle obéit au principe de répétition et différence : elle reproduit à l'infini mais jamais à l'identique exactement ; infime dans l'écart, la variation, la nuance.

Dans l'idée de cette géométrie imparfaite, vivante, ARIANE trace des droites sans règle, des orthogonales sans équerre... main levée et dans l'œil, le compas.

Compter

Processus de décompte (du temps qui passe)

COMPTER, un à un, cinq par cinq,... un processus de répétition qui, à force de durer, dessine le temps passé, tout en mesurant le temps passant.
Compter c'est dire la comptine des numéros, jusqu'à un but ou jusqu'à l'infini. C'est aussi mesurer un nombre, une quantité, par son énumération : plus le nombre est grand, plus longue est l'énumération, la comptine des numéros.
Des très grands nombres nous avons souvent une compréhension abstraite, une idée. Le processus d'énumération permet d'approcher le grand nombre par le corps, lorsque décompter passe par la voix qui récite ou la main qui trace, attentive et répétitive.

L'idée absolue de COMPTER est d'énumérer le nombre de kilomètres que représente une année-lumière - c'est-à-dire la distance parcourue par la lumière en une année... dix mille milliards de km!

Croquer

Processus de génération d’images par le tracER

Dessiner par l’observation, croquer sur le vif, c’est dessiner ce que l’on voit et seulement ce que l’on voit, sans rien inventer.
C’est aussi faire l’expérience d’un temps d’attention prolongée : celui d’une présence active à ce qui est observé, en pleine conscience de ses propres perceptions, visuelles, spatiales. Une expérience rythmée par le va-et-vient répétitif du regard entre l’objet observé et le sujet dessiné.
Du volume à la surface, du réel à l’image.

Fil de lecture

Processus de lecture / écriture

L'action de lire est observée dans sa dimension physique : action d'un corps - doigts mains bras yeux cerveau nuque dos... - inscrite dans la durée.
FIL DE LECTURE est un système graphique animé par un mouvement de va-et-vient évoquant celui des yeux sur la page à lire, du doigt qui suit la ligne de texte, de la main qui écrit.

La ligne continue animée par le processus graphique représente le fil des durées de lecture mises bout à bout, dans une vie par exemple, empilées ou en rayons de bibliothèque.

Horizon

Processus de « dynamique des paysages »

Le système graphique HORIZON développe l’idée d’une coulée de lave perpétuelle, d’un flux continu de matière minérale issue d’un point d’origine – un trou ? Refroidie et solidifiée, la couche de lave devient sol, « terre ferme ». Le relief de ce sol détermine le paysage, et donc l’horizon. La ligne d’horizon qui se dessine sur fond de ciel prend racine dans une dynamique souterraine, soumise à des processus de répétition et d’expansion, suggérant des temporalités étrangères à la compréhension humaine.

Passant

Action de croquer sur le vif chaque passant en train de passer

La ligne chemine - l'instant présent est à la pointe du stylo - et trace un corps qui marche, trace d'un corps passé dans l'espace observé ; croquis d'un temps qui a duré, le temps de la rencontre entre l'oeil et le passant.

Plantness

Processus de croissance et expansion végétale

Profilage

Processus de profilage

Système graphique basé sur la ligne du profil humain et sa métamorphose progressive tout au long de la vie.

Spirale

Processus de fabrication du temps

Le "temps qui passe" est produit par le double mouvement de rotation et de révolution de la Terre. Mille millions de kilomètres, c'est à peu près la distance parcourue par notre planète autour du Soleil en une année... Tous à bord, notre temps qui dure un jour, un an, une vie, est en réalité un voyage dans l'espace, un déplacement à plus de 100 000 km/h !
Supposons que je sois un point - nommons-le G - immobile à la surface de la Terre : le point G pourtant se déplace en permanence, embarqué sur une planète prise dans un tourbillon de forces multiples, rotation, révolution, auxquelles s’ajoutent le déplacement du système solaire dans la galaxie, celui de notre galaxie dans son environnement proche, etc.
Si je suis G, alors je passe ma vie entière à cheminer dans l'univers : sidéral et sidérant. Avancer en spirale tout au bord du vertige... point à point.

Torsion

Processus de filage

Système graphique qui fait référence à l’action manuelle de filer : tordre et étirer des fibres pour produire du fil.
Inversement, pour démonter le fil de coton jusqu’à la fibre de coton, il s'agit de détordre le fil... même geste de torsion, mais dans l'autre sens. De la ligne au volume.

Trame

Processus de densification

Du fil au textile, de la ligne au texte. Alternativement tirer fil de chaîne fil de trame, tracer horizontale verticale, main levée et à vue de nez. Le cadre ouvert qui se dessine au départ devient, avec le temps long de la saturation, une surface tangible : celle de la durée du tracER.

Végétalité

Processus de croissance de l’arbre

Le processus de croissance est enregistré par une ligne continue qui se déroule et s’enroule autour du point d’origine. Le temps passe, les lignes se répètent et le dessin croît, forme (d’arbre) en devenir... dessin d'arbre « grandeur nature ».
L’idée absolue est de développer le système VÉGÉTALITÉ jusqu’à atteindre le dessin, en taille réelle, du plus grand des arbres vivant actuellement sur terre : Hypérion, un séquoia californien de 115 mètres de hauteur.

Vitalité

Processus génératif humain

Le système VITALITÉ propose une traduction graphique au phénomène de génération : il dessine le fil continu de la transmission du principe vital.
Lancé dans le flux du temps, le processus entraîne le tracé, inlassablement répété, de la silhouette humaine : reliés par la ligne, les individus sont stylisés à l’identique, tout en étant chacun animé de son propre mouvement.

Le flux génératif humain est observé dans la durée. La profusion de vie(s) jaillie(s) d’un point d’origine dessine un processus d’expansion dans le temps et l’espace.
L’idée absolue de VITALITÉ est de représenter l’ensemble de la chaîne humaine, constituée aujourd’hui de plus de sept milliards de personnes sur terre.


Loading